La fouille 2017 de l’épave de Paragan

La fouille 2017 de l’épave de Paragan

 

Partenaires de l’opération :

Aix-Marseille Université (AMU – A*Midex), le Département de Recherches en Archéologie Subaquatique et Sous-Marine (DRASSM, Ministère de la Culture), le Centre Camille Jullian (CCJ, UMR 7299 AMU CNRS), la société coopérative Ipso Facto, la Ville de Bonifacio, la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio-OEC, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP, UMR 8589 CNRS), le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne de Méditerrannée (LA3M, UMR 7298 CNRS AMU).

Rappel de l’opération de 2016 :

Suite à sa découverte en 2015, l’épave de Paragan a fait l’objet d’une expertise et d’une première campagne de fouille en 2016, réalisée dans le cadre d’un chantier école pour les étudiants du master MoMArch. L’extrémité sud-ouest du site a été mise au jour, dévoilant un petit caboteur de commerce datant de la fin XVIIe – début XVIIIe siècles. L’intérêt de cette opération est d’approfondir nos connaissances sur les traditions architecturales de ce type d’embarcation de Méditerranée occidentale et de former à l’approche méthodologique de terrain de la fouille d’une épave d’époque moderne.

Objectifs de l’opération de 2017 :

La campagne de fouille 2017 se déroule du 24 avril au 05 mai 2017. L’objectif principal de cette année est l’étude de la partie centrale du navire correspondant à la zone du massif d’emplanture.  Le second objectif est l’ouverture d’un sondage à l’extrémité nord-est de l’épave afin d’évaluer plus précisément la longueur du navire.

 

 

Présentation des objectifs de la fouille 2017 et rappels de l’opération 2016 autour de l’orthophotographie de l’épave de Paragan par F. Cibecchini et E. Rieth aux étudiants MoMArch (Photo Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 

Installation technique :

Tout comme l’année précédente , le chantier a été divisé en trois bases :

  • Un ponton flottant installé dans l’anse de Paragan non loin de l’épave sert de lieu d’amarrage pour le semi-rigide Hydna du DRASSM ainsi que de principal support de surface pour la fouille.
  • Une zone du port de Bonifacio est la base de départ et d’arrivée des plongeurs. C’est là que se trouvent le poste de gonflage des blocs et un conteneur de stockage du matériel de plongée et de fouille (compresseur pour gonfler les blocs, moto-pompes pour les suceuses, matériel de relevé, de fouille et de conservation, équipement des plongeurs).
  • Une base scientifique et logistique située dans la chapelle Saint-Jacques, mise à disposition par la Ville de Bonifacio, permet de travailler sur les documents et matériels remontés chaque jour. Elle sert également de lieu d’enregistrement des données et d’étude scientifique ainsi que de réunion et de réflexion sur le déroulement de chaque journée de chantier.

 

 

L’équipe de fouille :

Elle se compose de neuf encadrants et huit étudiants :

 

L’équipe encadrante :

Franca Cibecchini (Italie), directrice du chantier, archéologue responsable du littoral Corse (DRASSM).

Eric Rieth (France), co-directeur, archéologue et directeur de recherche au CNRS, spécialiste en archéologie navale médiévale et moderne (LAMOP).

Hélène Botcazou (France), doctorante en archéologie navale médiévale et moderne (AMU-LA3M, Ipso Facto).

Bérenger Debrand (France), archéologue (Ipso Facto).

Alba Ferreira Dominguez (Espagne), doctorante en archéologie et dendrochronologie (AMU-CCJ, Ecole Française de Rome).

Sandra Greck (France), archéologue, xylologue (Ipso Facto).

Sébastien Legrand (France), Chef d’Opération Hyperbare (DRASSM).

Lionel Roux (France), photographe  (CNRS-CCJ).

Alex Sabastia (France), archéologue (AMU-CCJ).

 

Étudiants MoMArch (Promotion 3):

Estibaliz Alvarez Trejo (Espagne)

Soledad Blasco Núñez  (Espagne)

Adrien Domzalski (France)

Axel Eeckman (France)

Erwan Jacomino (France)

Guillaume Peirone (France)

Yajaira Vargas (Venezuela)

Pierre Vacquié (France)

 

Revue de presse :

Corse Matin – Découverte d’une ancienne épave dans le port de Bonifacio

La Provence – Bonifacio : l’épave de Paragan dévoile ses origines méditerranéennes

Corse Matin – Plongée sur les trésors de Bonifacio

France 3 Corse – A Bonifacio, les mystères d’une épave d’un bateau de 40 mètres

France 3 Corse – Bonifacio, les secrets d’une épave du 17ème siècle

 


Le blog des étudiants

 

Le sondage de l’emplanture du mât

 

Définition :

Le massif d’emplanture est une pièce destinée à recevoir le pied du mât.

Le choix d’implanter un sondage dans la zone du massif d’emplanture du mât a été fait en raison de la richesse des données scientifiques de cette partie du navire. Par exemple, dans cette zone se trouvent souvent des éléments de la pompe et des aménagements de la cale.

Durant la campagne 2016 l’emplanture du mât a été en partie dégagée et semblait être de type méditerranéen composite, c’est à dire qu’elle est constituée de plusieurs pièces assemblées, par opposition à la conception atlantique, où elle est construite d’un seul bloc. Enfin, l’emplanture du mât permet de donner une idée des dimensions du bateau.

 

Le massif d’emplanture du mât tel qu’il était visible suite au désensablement (Photo Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 

Objectifs :

Les objectifs de ce sondage sont de fouiller jusqu’au vaigrage, ce qui permettra de confirmer si l’emplanture du mât est de type méditerranéen composite.

Il s’agit également d’effectuer la documentation de la zone à l’aide d’une couverture photogrammétrique, de relevés planimétriques et de sections.

 

Travail effectué :

Un premier sondage de 4 x 6 m a été implanté le 25 avril autour du massif d’emplanture. Ce sondage couvre toute la largeur de l’épave (4,50 m) ainsi qu’une marge extérieure de part et d’autre, sur une longueur de 4 m. L’idée est d’ouvrir une zone suffisamment importante autour du massif d’emplanture pour obtenir un maximum d’informations.

La première étape de la fouille est le désensablement de la zone jusqu’à un niveau de lest, composé de galets de petits et de moyens modules.

Ce premier jour de travail a permis de mettre en évidence le massif d’emplanture du mât et d’observer sa conception. L’assemblage des différentes pièces qui le constituent – les taquets, les carlingots et la mortaise – confirme le type architectural.

Le massif d’emplanture du mât est en très bon état de conservation, l’ensemble des éléments devrait être en place.

Des cloisons d’aménagement de cale ont commencé à apparaître perpendiculairement à l’axe du bateau.

 

Vestiges visibles de la partie sud-est de l’épave, où apparaissent, perpendiculairement au bordé, les varangues et une cloison d’aménagement de cale (Photo Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 


 

Le sondage de l’extrémité Nord

A l’extrémité sud de l’épave, fouillée en 2016, la présence de différentes pièces architecturales a permis de penser qu’il s’agit de l’extrémité arrière, soit la poupe. En effet, certains éléments sont des pièces de bourrage du massif arrière, typiques de la construction vernaculaire méditerranéenne du 17e et 18e siècle.

Le sondage de l’extrémité nord de l’épave a donc pour objectif de confirmer et préciser les dimensions de l’épave, ainsi que de documenter les méthodes de construction employées. En effet, les particularités de construction d’une embarcation sont extrêmement visibles (en général) dans ces deux zones. Ce sondage sera documenté à la fois au moyen de croquis, de mesures directes mais aussi à l’aide de la photogrammétrie.

Ce sondage de 4m² a été implanté le 26 avril à 4,5 m de l’emplanture du mât, là où le faible recouvrement des vestiges permet d’identifier la zone de fermeture de la coque. La fouille a mis au jour de nombreuses pièces, dont 2 fragments de membrures, quelques planches de bordé, et une pièce râblurée pouvant potentiellement être la quille. Certaines pièces de bois ne sont pas en place et peuvent ne pas appartenir à l’épave en cours de fouille.

A l’occasion de ce sondage, les étudiants ont pu s’exercer à la réalisation de croquis quotés, première étape d’interprétation du travail d’archéologue, ainsi qu’au marquage et à l’identification de certaines pièces afin de pouvoir les prélever et les étudier à terre.


 

Fermeture temporaire du site pour mauvaise météo

 

Au troisième jour, une météo défavorable est annoncée. Nous avons donc revu nos objectifs pour protéger les parties de l’épave mises au jour en les recouvrant avec des sacs de sable. Ainsi, une partie des bordés et des extrémités des membrures, l’emplanture du mât, les cloisons internes et les pièces de l’extrémité nord ont été recouvertes d’une trentaine de sacs. Ces derniers sont en toile de jute, donc biodégradables et ont été remplis de sable et de graviers directement sous l’eau, à proximité du site.

Pose des sacs de sable pour la préservation de l’épave. (Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 

Les prévisions météorologiques pour le jeudi 27 avril et le vendredi 28 avril annonçaient un fort vent d’ouest et l’anse étant dépourvue de protection contre la houle, cette dernière y rentre donc directement. De plus, l’épave se trouvant à faible profondeur (2,5 m), la houle y a une forte incidence empêchant de travailler et pouvant dégrader le site.

Les objectifs initiaux ont été modifiés du fait de ces conditions météorologiques. A la place du plan original, qui était de continuer la fouille de ce sondage au centre du navire, il a été décidé d’ouvrir un autre sondage sur l’extrémité nord de l’épave. Cette décision nous a donc permis de laisser en place le sédiment qui préservait déjà l’épave mais aussi de mieux comprendre l’extension et l’architecture du bateau.

Toutefois, certaines pièces de bois désolidarisées risquaient d’être déplacées lors du coup de vent, elles ont été prélevées avec soin afin de les protéger et de les étudier directement à terre.

Prélèvement de pièces de bois issues du sondage de l’extrémité nord. (Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 

Protection et prélèvement d’une planche en bois à l’aide de bande de crêpe. (Lionel Roux © CCJ, CNRS)

 

En attendant le retour d’une météo favorable,  nous avons travaillé à terre sur d’autres tâches tout aussi cruciales : le travail d’enregistrement et de documentation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search