Chantier-école : épave de Paragan (Corse 2016, 2017, 2018, 2019)

Chantier-école de Master 2

Fouille archéologique de l’épave de Paragan

(Bonifacio, Corse)

La découverte de l’épave de Paragan :

Epave de Paragan au moment de sa découverte (Jérome Poggi)

C’est en juin 2015 que l’épave de Paragan, située proche du rivage entre 3 et 4 mètres de profondeur dans l’anse du même nom à Bonifacio, fut découverte de manière fortuite et rapidement déclarée par son inventaire au Drassm et à la DDTM.

Grâce aux prélèvements de céramiques effectués lors de la découverte, l’épave a été datée du XVIIe siècle.

Une expertise de l’épave a ensuite été menée en juillet 2015 par Franca Cibecchini (Drassm), Franck Allegrini Simonetti (CTC) et Béatrice Di Meglio (Mairie de Bonifacio). Estimée à 15 mètres de long par 5m de large environ, l’épave était assez visible. Lors de cette expertise, certaine zone de l’épave ont été recouverte de sédiment afin de la protéger avant qu’une fouille puisse y être menée. Sa situation proche du rivage la rendait en effet vulnérable au pillage ainsi qu’à la dégradation par les ancrages  de bateau de plaisance fréquentant régulièrement l’anse en période estivale.

Une épave intéressante :

Les connaissances que nous avons sur les petits caboteurs du XVIIe siècle sont lacunaires puisque peu d’épaves de ce type ont été fouillées en Méditerranée à ce jour. On peut toutefois citer les épaves des Sardinaux (Saint-Maxime-83) et de Calvi 1 (Calvi-2B).

 Le projet de fouille soumis à la CIRA prévoit la fouille de l’épave sur une superficie d’environ 6 mètres sur 4 à l’une des extrémités de la coque pour y effectuer les études d’architecture navale adéquates. Le but étant notamment de déterminer les signatures architecturales susceptibles de révéler des pratiques constructives régionales, de rechercher des indices significatifs des procédés de conception et de construction de la charpente transversale et de restituer les formes de la carène. Les données récoltées comparées avec les sources historiques écrites et iconographiques pourraient ainsi peut être permettre de rattacher l’épave à une famille, voire même à un type ou un modèle architectural régional déterminé.

Une telle coque conservée par 3m de fond se prêtant tout à fait à un chantier école de par son accessibilité et son intérêt scientifique, nous avons décidé de l’intégrer aux chantier-école MoMArch.

Début de la fouille à l’extrémité de l’épave de Paragan (Lionel Roux, CNRS/CCJ)

Aller plus loin :

La campagne de fouille 2017

La campagne de fouille 2016

La campagne de fouille 2019