[Blog étudiant] Paragan 2018, jour 12 et bilan de fin de campagne

La fin de campagne approchant, le rythme s’intensifie afin de pouvoir remplir tous les objectifs de fouille et de documentation, comme c’est le cas pour tout chantier archéologique.

Sur le site les dernières observations ont été faites sur les pièces du navire (mesures, sections et espacement des clous, croquis, etc…) afin d’en comprendre au mieux le système architectural. Dans le cadre du chantier école, un peu de temps a été libéré pour que les étudiants puissent s’exercer aux relevés en coupe transversale. A l’ouest de S1, ont pu être observés les vestiges d’une possible caisse en bois dans laquelle des pichets étaient rangés et qui auraient été écrasés par la violence du naufrage.

De nombreux objets en céramique et en bois ont été remontés à la surface pour être décrits, photographiés, dessinés et (surtout) inventoriés. La plupart des objets en bois seront par la suite réimmergés sur le site sauf si leur intérêt justifie une restauration dont le coût est souvent élevé.

L’objectif de vendredi est la fermeture et protection du site avant le départ. Tout d’abord, des sacs de sables seront disposés autour du site. Afin de protéger la coque, elle sera recouverte d’une première couche de sable, de géotextile puis d’une deuxième couche de sable et enfin d’une couche de sacs en toile de jute remplis de sable. Pour ne pas perturber plus l’environnement et pour des raisons de sécurité, les outils de fouille qui ont servis tout au long de la campagne (tels que les piquets en métal) seront retirés.

Bilan rapide de fin de campagne :

Les objectifs de la fouille ont été atteint et les découvertes ont dépassé nos espérances.

La partie avant du navire que l’on pensait pauvre et très perturbée s’est finalement révélée très enrichissante tant sur le plan de l’architecture navale que sur l’étude du mobilier de bord.

En ce qui concernent l’architecture navale, les études réalisées sur la quille, la découverte des marques de jauge et la réalisation de la coupe de maître-couple apportent de précieux renseignements.

 La quantité inespérée du mobilier de bord a permis de distinguer la zone de vie. L’épave était dans un état de conservation exceptionnel. En effet, les éléments sont détruits mais toujours en place.

Nous avons eu la chance d’avoir une météo plus que favorable durant ces deux semaines, ce qui a permis le bon déroulement de la fouille. Nos pensées vont vers Eric Rieth qui nous a soutenu et guidé tout au long de la campagne. Enfin nous tenons à remercier tous les acteurs locaux pour leur accueil et soutien.


Vous aimerez aussi...