[Blog étudiant] Paragan, jour 4

La poursuite des fouilles du sondage S1 a permis de mettre au jour une partie de l’épave encore en place. Le vaigrage, élément de plancher qui recouvre et protège le squelette du navire, a pu être identifié. Il est similaire à celui de l’autre extrémité, étudié et documenté en 2017. Au nord de celui-ci, l’équipe continue le dégagement des restes de l’avant du navire qui s’est écrasé sur le fond.  Témoins de la longue histoire qui, progressivement a vu le bateau se transformer en épave, l’avant du navire a accumulé des débris provenant de la mer. Une botte en caoutchouc, du bout de nylon, de nombreuses planchettes et autres morceaux de bois sont aujourd’hui entremêlés aux restes de l’embarcation. Les archéologues, dégageant patiemment les vestiges, doivent déterminer ce qui appartient à l’épave et ce qui est plus récent.

Une couverture photographique depuis l’emplanture du mât jusqu’à la partie avant a été réalisée par le photographe de l’équipe. Une fois cette série de photographies traitée dans un logiciel spécifique de photogrammétrie, l’équipe aura à sa disposition une ortophotographie (une vue de dessus) de l’ensemble de l’épave afin d’en avoir une meilleure compréhension.

L’après-midi, une partie de l’équipe s’est consacrée à présenter les fouilles archéologiques à des élèves de CE2 de l’école de Bonifacio. Ce temps de médiation a été l’occasion d’introduire les plus jeunes à l’archéologie sous-marine et aux nécessitées de protéger et étudier ce patrimoine immergé.

Les archéologues dégagent et protègent progressivement les vestiges de l’épave (L. Roux, CNRS/CCJ)


Vous aimerez aussi...