[Blog étudiant] Paragan 2018, jour 2

Lors de la première plongée sur le site, les archéologues ont constaté que les tempêtes hivernales ont fortement impacté l’environnement de la baie et que la protection de l’épave a été en partie ouverte, et donc mise en danger par des visiteurs peu regardant sur la protection du patrimoine. Action d’autant plus ridicule que le bateau ne contient aucun objet.

L’équipe a d’abord procédé à l’enlèvement d’une partie de la protection du site (sacs de jute remplis de sable et géotextile), puis matérialisé la zone de travail et commencé le décapage de surface.

Les étudiants se sont mis à l’eau pour installer le premier sondage (Sondage S1) à l’extrémité nord-est de l’épave. L’objectif dans cette zone est de comprendre si l’apparent désordre dans l’architecture du navire (bordé cassées, membrures arrachées…) est dû à son naufrage ou en est la cause. Un second sondage (S2) sera consacré à la réouverture de la partie centrale du navire déjà partiellement fouillée l’année précédente, avec pour objectif de finir l’étude du maître-couple du bateau.

 

A l’ancre dans la baie, le ponton sert de plateforme pour les motopompe et de support surface (L. Roux, CNRS/CCJ)

Les étudiants du MoMArch installent le chantier et transfèrent le matériel de fouille du ponton jusqu’au site. (L. Roux, CNRS/CCJ)


Vous aimerez aussi...